The Belgian Beers Race

Un prix décerné pour les jeux Expert par des Experts

The Belgian Beers Race

Qu’importe son origine, on a toujours une petite fierté patriotique quand un jeu sort avec pour base son pays ou sa région. Bien sûr, on préfère que le jeu soit beau et réussi, mais le principal est que cela touche notre moi profond.

The Belgian Beers Race est le premier jeu de Michaël Boutriaux édité via KS par BYR Games (créé pour l’occasion) mais distribué par Pixie Games. Pour les illustrations, c’est Ammo, un artiste bruxellois, qui signe son premier jeu.

Ce qui est bien avec The Belgian Beers Race, c’est que le titre annonce de suite la couleur : Une course à travers la Belgique pour collecter (et boire) des bières. Comme on ne manque pas de brasseries en Belgique, on est parti pour la traverser de toute part. Rien de fictif ici, toutes les brasseries et bières proposées existent et un fascicule nous explique leur petite histoire.

Vous partez de Bruxelles Grand Place et vous aurez 3 jours (divisés en sections qui ne sont pas des heures) pour voyager aux 4 coins de la Belgique pour visiter les brasseries belges, acheter des bières et les boires à l’occasion. On se déplace à vélo, en bus ou en stop. Le vélo est mieux pour désaouler (si on est encore capable de tenir en équilibre), le bus permet de profiter du voyage pour s’en jeter une (mais est parfois en retard, sans doute en Belgique comme ailleurs) et l’auto-stop est le plus rapide mais le plus aléatoire si on ne veut pas vous prendre (on peut toujours essayer d’acheter notre place en voiture moyennant des bières offertes). Vous devrez être de retour sur la Grand Place au terme du troisième jour pour montrer aux autres votre périple et valider votre course.

A votre tour de jeu, vous allez dépenser des points d’action jusqu’à devenir celui en ayant le plus dépensé. Le joueur suivant est celui ayant le moins dépensé. Avec vos points d’action, vous pouvez :

* Vous déplacer vers l’endroit proche : le temps pris dépend du moyen de locomotion choisi et éventuellement d’un dé pour savoir si des impondérables ont lieu (retard du bus, pas de prise en stop).

* Acheter 3 bières (et parfois du fromage) si la brasserie en vend. Le fromage permet de réduire votre alcoolémie au besoin.

* Déguster une bière si la brasserie a un lieu pour cela.

* Trinquer avec un autre joueur croisé dans la brasserie, si les deux ont de quoi partager.

Evidemment, boire n’est pas sans conséquence. Votre éthylomètre progressera à chaque bière dégustée, vous empêchant de prendre le vélo ou risquant de retarder vos voyages en bus ou d’être pris en stop. Abuser de l’alcool risque même de vous mener au coma et faire se terminer abruptement la journée (surtout aggravé par les participants croisés en brasserie qui vous force à trinquer). Cependant c’est aussi un des objectifs du jeu, car un décompte important des PV vient du nombre de bière que vous aurez goûté.

Il y a plusieurs pistes de score sur le plateau double layer des joueurs. Chacune vous apportera son lot de PV en fin de jeu, mais aussi en fin de manche pour certaines (la progression réalisée est donc valorisée 3 fois). Cela permet de disposer de multiples voies de développement, telles que :

* La piste des bières dégustées

* Les pistes des types de brasseries (4 types)

* La piste de la convivialité (qui monte quand on trinque avec les autres)

* La piste du fromage (pour peu que vous ne les mangiez pas 😊 )

Être le premier sur une brasserie disposant d’un marqueur (une bouteille ou un boc) placé au hasard en début de partie vous permet de le récupérer et de scorer à chaque manche. Le chemin choisi par les joueurs est donc aussi important que le temps passé en voyage. Une série d’objectifs progressifs est proposé, tels que disposer de X bières dans son sac à dos ou visiter une brasserie spécifique, qui influeront aussi sur notre chemin de voyage. Un petit twist peut permettre d’éliminer un objectif (sous le nez d’un joueur) en passant certains points de la piste de temps d’action.

En fin de journée on finit par camper et récupérer. Au matin, notre éthylomètre diminue mais on peut perdre quelques unités de temps si on était trop loin dans l’alcoolémie. Tout dans le jeu est dans le thème et c’est vraiment plus que plaisant.

Au final The Belgian Beers Race s’apparente à un Aventurier du Rail où le hasard de la pioche des cartes de trains est remplacé par le hasard des jets de dés. Les blocages des routes deviennent le choix des chemins pour disposer des bocs et d’être en premier pour les objectifs communs. Mais ce que The Belgian Beers Race a de plus, c’est l’immersion dans le thème, la vraie sensation d’être en visite des brasseries belges et de partager ces moments conviviaux où l’on trinque avec un ami en terrasse.

On peut dire que pour un premier jeu c’est une belle réussite, cela se joue vite, c’est dans le thème, c’est simple tout en nécessitant de faire des choix cruciaux. Le hasard se tente ou se gère et on peut avoir peur de ne pas pouvoir rejoindre la grand place avant la fin du jeu, mais au final on voit que chacun peut y parvenir (même en partant de Chimay et ses moines trappistes en début de troisième jour). Il fait partie de ces jeux de course que l’on peut trouver et sortir facilement dans les familles et pour les Connaisseurs.

Son côté pervers, outre dans le fait de pouvoir payer son conducteur en bières très peu conseillé en conduisant, c’est l’envie qu’il donne d’aller soi-même visiter toutes ces brasseries (dont je ne connaissais pas la moitié, surtout en Flandre), voire d’essayer de les faire en un jour, ou trois… Alors que je ne bois pas de bière ! 😊

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.