Praga Caput Regni

Un prix décerné pour les jeux Expert par des Experts

Praga Caput Regni

Praga Caput Regni de Vladimír Suchý chez Delicious Games

Revoir un Suchy c’est plaisant, d’autant qu’il a remporté l’EGA 2017 avec Underwater Cities et que les premiers échos de Praga étaient encourageants. Après une longue partie de depunchange et montage, l’attaque des règles se passe sans soucis. J’avais peur d’un fourre-tout façon On Mars avec plein de détails, mais il n’en fut rien (ce n’est pas un Lacerda non plus ! ).

Les règles sont vraiment accessibles, vu que l’on va prendre une tuile autour de la roue dentelée, choisir une de ses deux actions, faire tourner la roue et replacer notre tuile dans la partie payante. Les actions sont claires avec chacune ses spécificités que je détaillerai dans la prochaine review, mais globalement, on a :

  • Deux actions pour faire progresser notre production de pierre ou d’or / produire
  • Trois actions pour construire des tuiles (upgrade des actions, murs ou buildings dans la nouvelle ville) avec des règles propres et des bonus à récupérer
  • Une action pour voyager vers le pont à construire

Ce que l’on apprend dans le jeu c’est qu’il y a plusieurs scoring possibles, qui s’ouvriront selon les développements des joueurs. On va aller chercher des objectifs de fin en arrivant sur le pont (au bout de la route), en allant au plus haut de la cathédrale, en développant ses mines à fond. Des points se calculent aussi sur le nombre de murs construits, d’oeufs collectés, de hauteur atteinte dans les deux bâtiments (château/cathédrale), en multipliant les niveaux atteints en bibliothèque et université, en multipliant les tuiles récoltées (bleu/rouge) par la colonne atteinte dans les deux bâtiments… sans parler des PV récoltés en cours de jeu ! Wazaaaaaaaaaaaaaaaaa !!! C’est évidemment trop de voies possibles à faire monter et il faudra faire des choix, vu que l’on n’a que 16 coups (plus des coups bonus éventuels) sur tout le jeu.

Comme c’est difficile d’avoir une voie unique, que tout a un coût, il faut savoir être opportuniste et prendre (ou enlever à l’autre) une action secondaire parce qu’elle rapporterait trop à ce moment précis. Au moment d’écrire ces lignes, je ne vois pas une technique meilleure qu’une autre et des voies que je voyais difficile d’atteindre lors d’une partie l’ont été dans la suivante, pour finir dans un mouchoir de poche (110-111-111, le vainqueur désigné par l’ordre du tour). La différence se fait sur les choix à un moment T des joueurs et la victoire se joue sur une erreur d’analyse, ce qui est clairement dans l’esprit d’un jeu expert.

Comme les tuiles sont nombreuses et les options de rejouabilité énormes (des tuiles recto-verso, en nombre), il est difficile d’avoir une stratégie fermée et des parties sensiblement les mêmes en la suivant. Il faudra plus grappiller dans divers domaines qui dépendront de comment se passe la première partie du jeu pour ensuite essayer (je dis bien essayer) d’avancer plus dans sa voie.

Le jeu n’a que quelques faiblesses qui sont plus matérielles pour qui aime chicaner :

  • La carte de résumé, seulement deux et qui font cheap alors que le reste du matos est nickel
  • Les deux constructions à étages qui ne sont bien visibles que pour les joueurs en face (ceux de côté ne peuvent pas voir le coût de progression noté sur la façade des marches). Dans les premières parties, le temps de l’avoir en main et connaître les informations par coeur, on les enlèvera plutôt pour avoir le plateau 2D.
  • La zone des constructions de buildings qui donne l’impression d’un gros fouillis pour ceux ayant des problèmes de vue.
  • Le principe de « chute » du cube qui déclenche le passage d’une étape du jeu à l’autre, placé à moitié sur deux cases, ce qui n’est pas clair. J’aurais préféré qu’il soit intégralement sur une seule, ce qui aurait été plus clair et logique.

Mais c’est pour chipoter sur des points dont on peut faire abstraction durant la partie, tant on est pris par ses actions et ses espoirs futurs.

Je n’y ai joué qu’à 3, mais de prime abord cela me semble encore la configuration optimale pour assurer des rotations, tout en ne provoquant pas de trop longues pauses pour revoir son prochain coup, tout n’ayant pas radicalement changé quand revient son tour.

Praga a tout pour arriver dans les finales des divers concours expert et aura sans doute un accueil plus que favorable du public quand il sera francisé (pour ceux qui savent attendre). A mon sens, il donnera les mêmes sensations qu’un Maracaïbo dans ses parties toujours différentes et ses nombreuses voies de jeu, ceux qui aiment des excellent jeu 2019 devraient foncer sur Praga. C’est tout le mal que je lui souhaite !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *