Amalfi

Un prix décerné pour les jeux Expert par des Experts

Amalfi

Amalfi est un jeu de Yamada Takeo édité par Uchibacoya (en attendant la VF de Sylex en 2021 😉 )

Malgré l’absence d’Essen et de son village japonais, nous avons la chance de toucher à Amalfi, envoyé depuis l’autre côté de la terre avec des print papier en anglais des cartes (dont la couleur est moins chatoyante) que nous plaçons sous sleeve. De jolis bateaux, un matériel sobre mais efficace et surtout des règles d’une déroutante simplicité accompagnent un jeu annoncé à 2 h (au moins) à 4 joueurs. On s’installe vite à table et les explications vont bon train ou plutôt ne font pas de vague 🙂 .

4 manches qui se terminent chacun quand tous les joueurs ne savent pas faire d’action, au choix parmi 5 (6 avec « passer »).

  • Placer un bateau sur une case de ressource (publique ou privée)
  • Payer un contrat ou une carte (une case de ressource privée)
  • Payer un personnage de sa main (action immédiate, continue, à chaque manche ou de PV de fin)
  • Construire un bateau
  • Activer un personnage à action unique de manche

Ce qui est génial de simplicité, c’est que les bateaux (6) que l’on a au début de jeu (et qui pourront être 12 en fin de jeu) servent aussi de marqueur de ressource. Par exemple, lorsque je place un bateau sur le plateau qui transforme 2 pains (food) en 2 vin (bloquant la case pour les autres), je glisse 2 bateaux de l’espace mer vers la case vin. Lorsque je devrai payer du vin, je descendrai un ou plusieurs bateaux vers l’espace mer, chacun ramenant 3 vins. Toute ressource ramenée non utilisée pour payer mon achat (exemple une carte à 5 vins, il reste 1) sera transformée en pain. Ces bateaux redeviennent alors disponibles pour payer d’autres actions ou représenter d’autres ressources. Vous ferez ainsi moins d’actions lors de la première manche (6 bateaux) que lors de la dernière (possiblement 12, certainement au moins 9 ou 10 si vous n’avez pas trop mal joué).

On comprend vite qu’il va falloir comboter, planifier, sélectionner et passer avant les adversaires qui semblent stocker les mêmes ressources que nous. Une possibilité existe d’accélérer les choses à la course aux objectifs (que ce soit une carte visée ou un des milestone du jeu qui rapporte bcp de PV) en décidant de faire rentrer son bateau au port pour 3 ressource au choix. C’est une décision lourde, car il ne sera plus disponible avant la manche suivante et ne pourra ainsi plus faire d’action / ressource.

Le pain est une denrée spécifique qui a son marqueur sur votre plateau personnel et il en faut en fin de manche pour payer vos bateaux. Limité en stock à 6 pains, si vous construisez des colonies, non seulement elles libère des places de stockage du pain, mais en plus chacune vous rapporte un pain par manche (plus des PV de fin de jeu).

Au bout de chaque manche, on a un objectif commun, connu dès le départ (tiré parmi 5) et qui peut (ou pas) guider vos choix.

Le jeu est hyper simple dans ses explications (et le sera encore plus dans la VF de Sylex, qui j’espère aura corrigé les erreurs de traduction JP => EN) et pourtant hyper combinatoire ! Jubilatoire presque ! Enfin, pour peu que vous ayez bien estimé vos capacités et actions, que vous ayez acheté assez de bateaux, car si (comme une des joueuses) vous avez un peu foiré votre développement vous risquez fort d’être le premier à passer et regarderez alors les autres jouer sans rien faire durant (peut-être) de looooongues minutes ! Mais si vous jouez bien vos choix, ce sera la fête jusqu’au bout !

Pour les premières parties, les cartes de personnages sont fixes et il y a de fortes différences entre le paquet du premier et du dernier joueur (ce qui n’empêcha pas le premier de l’emporter sur le 4ième, mais de 2 points sur près de 500 !). Par la suite, un système de draft permettra de faire des choix de développement plus profonds, mais nécessaires, uniquement avec des joueurs connaissant les règles bien sûr.

C’est un jeu génial dont j’adore la « simple complexité » où l’on fait la course aux milestones, des choix que l’on regrette (ou pas), des coups de p.t.s si l’on peut, des développements tactiques ou stratégiques. Il rebutera les personnes qui n’aiment pas les jeux à combinaison, qui ne se projettent pas dans les ressources qu’elles ont et surtout celles qu’elles auront dans deux tours, mais pour les autres ce sera une des révélations ludiques de l’année ! Oui, je l’assume, c’est actuellement (je n’ai pas fini l’année, Essen Digital ne fait que commencer) mon meilleur jeu expert de l’année et s’il n’a pas l’aval des autres évaluateurs pour finir dans le « final four », ce sera mon Evaluator’s choice (cad que vous pourrez le découvrir lors de l’ouverture de la finale au public, si le Covid nous le permet d’ici avril-mai) ! Une perle japonaise (une Akoya) ! 🙂

Une réponse

  1. Joffrey dit :

    Très très bon jeux il m’a vraiment plus pour moi un des meilleurs jeux que Stéphane m’a fais tester jusque maintenant . Je le recommande et attend avec impatience ça version fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.