Pacific Rails Inc

Un prix décerné pour les jeux Expert par des Experts

Pacific Rails Inc

Les jeux de trains sont profusions dans le monde ludique. Il y en a tant qu’un groupe d’amis joue à un jeu différent contenant des trains chaque lundi depuis des mois. On ne s’en rend pas vraiment compte, car le sujet n’est souvent qu’une excuse à un placement, un thème passe partout qui permet de répondre à notre besoin enfantin de construire des choses. Certains l’on bien compris, usant le filon à fond, tel Ticket to Ride, dont on a plaisir à jouer à ses variations. Aussi quand un nouveau jeu de train (déjà le deuxième expert de l’année sur le sujet) tombe dans mes mains, je ne rechigne nullement à l’essayer.

Pacific Rails Inc. est un jeu passé par Kickstarter, édité par Vesuvius Media, boîte canadienne qui est peu connu (à tout le moins) chez nous malgré ses 4 années d’existence. C’est Dean Morris qui signe ici son premier jeu, avant Florence prévu pour 2021. Niveau Illustration, c’est un artiste qui habituellement travaille avec d’autres (les 2 rééditions de Brass, Roll player, Edge of Darkness) qui signe ici son travail en solo : Damien Mammoliti.

Dans Pacific Rails Inc. on vous propose de participer à la construction d’une liaison ferroviaire qui reliera les deux côtes des USA. Sur la carte proposée, chaque joueur posera un train sur une ville de départ bordant chaque océan et les constructions de rails s’arrêteront sur les villes existants dans le pays (pour y installer une station ou un télégraphe) jusqu’à rejoindre le train d’un autre joueur pour avoir un chemin de rails continu d’un côté à l’autre du plateau.

Les rails ne sont pas associé à un joueur, seul les constructions installées (gratuitement) dans la ville où s’arrête le train lui appartiennent. Elles rapporteront d’ailleurs des PV à son propriétaire si le train d’un adversaire passe par là (pour installer un télégraphe là où il n’y a qu’une station ou le contraire). Pour avancer dans les rails, il faudra adapter sa voie au terrain devant soi : Pont, tunnel ou rail simple seront à construire et stocker sur le train du joueur pour permettre d’avancer sur l’eau, les collines ou les plaines. Seules les montagnes sont infranchissables.

Votre train n’a qu’une motrice au départ, qui ne dispose que de 6 emplacements de stockage, mais qui pourra gagner 3 wagons une fois que vous aurez rejoint vos 3 premières villes. Ces wagons peuvent alors contenir des experts (le premier est gratuit) qui transformeront vos ressources en produits adaptés au terrain (chacun dans sa spécialité) ou négocieront pour vous au sénat.

A son tour de jeu, le joueur posera (ou récupérera) un de ses ouvriers (de 3 à 6 selon le nombre de joueurs) autour d’une des actions disponibles du plateau pour l’activer. Une mécanique de renvoi des ouvriers adverses (avec compensation) permet de ne jamais être bloqué à ne pas pouvoir réaliser l’action désirée. Puisqu’il n’y a pas de blocage, il y a des bonus possible en cas de multiplication de vos ouvriers autour d’une même action. La gestion de chasse et de multiplication est vraiment très intéressante et oblige une réflexion sur les coups à venir pour maximiser les actions.

Les 9 cases activables proposent en fait 4 types d’action :

* Une collecte d’un des 4 types de ressources + un bonus : Le nombre de ressources récoltées dépend du développement réalisé sur votre motrice (on retire des marqueurs sur une des 4 ressources à mesure que l’on construit) et des maisons éventuellement construites sur les districts (case d’action de collecte). Le bonus varie et peut être multiplié.

* Un achat d’expert : A placer dans le premier wagon libre. Lorsqu’ils s’activent, ils réalisent leur pouvoir d’expert un nombre de fois égal à leur position (3 fois dans le 3ième wagon).

* L’activation d’un expert et du train : Réalisation d’une transformation par un expert libre et activation de tous les experts de son train. C’est ainsi que l’on transforme de la poudre en tunnels par exemple, le tout étant stocké dans son train.

* La construction des rails : On pose les rails que l’on a construit sur le terrain, pour aller jusqu’à une ville. On est libre d’employer les rails de n’importe quel réseau, en gagnant 2 PV selon la distance entre la nouvelle ville et la plus proche ville connectée, 1 PV pour les autres rails.

Lorsque l’on rejoint enfin une ville connectée à l’autre océan, réalisé par un autre joueur, c’est la fin de partie, offrant 15 PV au joueur ayant terminé le jeu. Les autres jouent encore une fois et on réalise le décompte final. Beaucoup de PV sont à gagner sur le nombre de constructions posées sur le jeu (station ou télégraphe), tandis que 4 objectifs rapportent chacun 3 PV si vous êtes le seul à l’avoir maximisé.

Très rapide à jouer (15 à 20 minutes par personne) une fois qu’on a les règles en tête, Pacific Rails Inc. n’est pas tant une course à la liaison ferroviaire qu’un jeu du chat et de la souris. En effet, le gain offert à qui relie les deux côtés est tellement énorme qu’il offre pratiquement la victoire à qui le réalise. Dès lors, bien que les constructions soient une nécessité, pour disposer de plus de wagons (et plus de stockage) avant de viser les PV de fin, avancer par-delà la moitié du jeu représente un vrai « danger ». Il faut garder à l’œil les possibilités de construction des autres joueurs et être soi-même prêt à sauter sur une occasion.

La gestion de ses ressources nécessite de multiples actions, sauf si vous avez développé suffisamment votre production. Des actions bonus associé aux production vous permettent aussi de placer des télégraphes ou stations sur le plateau sans devoir bouger votre train, pour augmenter vos PV finaux. Ces bonus nécessitant aussi des ressources, il vous faut les gérer au mieux, ce qui nécessite une programmation mentale agréable.

Les experts favorisent la transformation, mais aussi la négociation au sénat américain pour recevoir des ressources (primaires ou transformées) contre de l’argent, mais aussi de récupérer des PV pour réactiver les ressources. Leur coût augmente à mesure qu’ils sont dans des wagons plus forts (qui multiplie leur action), mais il est rare de les voir utilisé de manière rentable avant la fin du jeu, tant ce dernier arrive somme toute rapidement.

Pacific Rails Inc. est un jeu très agréable ou l’on récolte, transforme et construit à travers les USA. On essaie de maximiser ses coûts avec cette bonne gestion des actions des ouvriers et le jeu fonctionne autant à 2 qu’à 4, bien que ce soit avec un maximum de joueur qu’il soit le plus plaisant et tactique. Totalement accessible à toute la famille, il est plus d’un niveau Famille ou Connaisseur qu’Expert, pour qui la vitesse de jeu et le bonus de fin trop important réduit quelque peu les réflexions stratégiques.

Avec son principe de multiplication, on réagit souvent aux places libérées par les autres joueurs en modifiant sa programmation mentale pour un meilleur choix tactique immédiat. La possibilité de toujours réaliser un coup ne permet pas de bloquer les autres joueurs en prenant des positions clés et en les maintenant, en faisant résolument un jeu plus accessible. On l’assimile niveau tactique à un Ticket to Ride, si l’on veut garder une comparaison à un jeu de rails. Au vu de la réussite de ce dernier, c’est tout le mal que l’on souhaite à Pacific Rails Inc. ! 😊

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *