Mosaic : A story of Civilization

Un prix décerné pour les jeux Expert par des Experts

Mosaic : A story of Civilization

Je me suis demandé ce qui catégorisait un jeu pour qu’il sot dans la case « Civilisation » et, visiblement, cela semble aussi compliqué à trouver un accord sur une définition que pour un jeu « Expert ». Certaines choses semblent cependant souvent représentées (sans être obligatoires) comme des peuples différents, des technologies à améliorer, une carte où se déplacer, des âges différents. Un jeu qui met « Civilisation » dans son titre semble annoncer d’emblée quel est son créneau, non ?

Mosaic : A story of Civilization est le prochain jeu d’un spécialiste des jeux de civilisation Glenn Drover, qui a déjà œuvré pour des titres comme Ages of Empire III, Railways of the world, Conquest of the Empire,… C’est Forbidden Games qui lance le KS (en cours jusqu’au 9 juin 2021) pour la VO, mais Sylex s’est joint au projet pour assurer la sortie simultanée en Français. Une floppée d’artistes ont pris part au projet, afin d’assurer la multitude de dessins nécessaires aux multiples cartes du jeu : Jared Blando, Hendrik Noack, Jacoby O’Connor, Gzegorz Pedrycz, Jessica Riola, Erica Rossi, Annie Stegg.

Mosaic vous propose de développer une civilisation, pour 2 à 6 joueurs, en posant vos choix et voies de progrès. En ce sens, il vous offre une carte autour de la méditerranée, un plateau joueur avec 6 pistes de développement, des figurines (villes, armées, merveilles) pour s’installer et des symboles à collectionner pour donner l’impression d’une voie de progrès de votre peuple.

Après la longue préparation du plateau, une mise en place simple est composée d’une pose d’une cité, du choix d’un leader et du draft de 5 cartes technologies fournissant les bases et productions initiales de votre civilisation. A votre tour, vous avez le choix entre 8 actions :

* Technologie : Vous pouvez prendre une des cartes visibles dans le marché qui va en main (sans limite) à moins que vous n’ayez déjà devant vous les symboles requis pour la poser. La nouvelle carte vous offre un pouvoir one shot et de nouveaux symboles.

* Construire : Acheter une des cartes du marché (Village (gratuit), Ville (Pierre et Population), Projet(Pierre et Idée)). Les Villes se placent où l’on veut sur la carte (nul besoin de découvrir un endroit avec des armées par exemple) en récupérant éventuellement la ressource écrasée. Les villages sont placés autour de vos villes.

* Militaire : Contre de l’argent, vous pouvez poser jusqu’à 2 militaires dans une région où vous avez une Ville ou en déplacer d’une région.

* Population : Acheter une carte de population pour de la nourriture pour augmenter la taille de votre peuple, en échange de nourriture.

* Travailler : Produire des ressources (Nourriture, Idée ou Pierre) en additionnant votre niveau de production spécifique avec votre niveau de population.

* Impôt : Acheter une carte (en perdant des PV) de Taxe ou Tarif vous permettant de refaire votre trésorerie en taxant soit la population soit les biens récupérés de la carte.

* Merveille : Construire une des merveilles disponible (chacune apporte un bonus spécifique) là où vous avez une Ville, contre 20 Pierres et 5 Nourriture, chacune des suivantes coûtant 5 ressources de chaque en plus (25-10 / 30-15…)

* Gouvernement : Changer de gouvernement pour disposer des bonus de PV lors des décomptes contre des Idées (et un prérequis). Un type de Gouvernement ne peut être choisi que par un joueur.

Dans chaque paquet de carte (Construction, Technologie, Population, Impôt) se cache une carte de décompte. Lorsqu’elle arrive, on valorisera les positions des joueurs sur la carte. Lorsqu’un troisième décompte a lieu, c’est la fin du jeu (un tour supplémentaire après le décompte est fait). Dans le décompte, on vérifiera l’influence dans chaque région en additionnant les Villes (2 Pts), Merveilles (2Pts) et armées (1 Pt) de chaque joueur. Le second gagne 2 PV, tandis que le majoritaire aura 3 PV + 1 / ville de la région (qu’importe le propriétaire). Laisser un joueur prendre le pouvoir sur la carte c’est lui offrir près de 15 PV par tour (en moyenne), qu’il faudra contrebalancer par les PV annexes (pas impossible si on n’abandonne pas totalement la carte).

En cours de jeu, vous pourrez réclamer des objectifs atteints sur divers domaines, tels que le premier avec 6 symboles d’un type (appelés Age d’Or, un par symbole) ou celui étant arrivé à 12 Population, 5 Villes,… (des Achèvements). En fin de partie, outre les PV des cartes et merveilles collectionnées, on aura 2 PV par ville et 1 par village.

Comme vous le constatez il n’y a rien de compliqué dans les règles du jeu. C’est une question de choix de développement (carte, plateau et technologie), d’opportunité dans les cartes disponibles par rapport à vos capacités et de course aux objectifs. Pas de combats entre militaires (tout au plus de rares pouvoirs de cartes ayant un impact) ou de prise de Villes d’autres joueurs. C’est pour cela que Mosaic est plus proche d’un jeu de civilisation et pas d’un 4X. Cependant, ce désir de violence, d’opposition sur le plateau a été exprimé par les souscripteurs et Glenn Drover les a entendu, il planche actuellement sur des compléments de règles dans ce sens.

Parlons un peu du matériel et du visuel actuel. Nous ne disposons que d’une copie de pré-production, mais nous savons déjà qu’elle va évoluer en taille (ouf) et aussi en ergonomie. Les plateaux joueurs vont être des Double-couche et surtout au lieu d’avoir une piste par ressource, on aura une seule piste avec des symboles de ressource différentes pour exprimer leur niveau. Tout le matériel des photos est bien sûr du vite fait maison et le rendu final sera différent. Nous ne nous appesantirons donc pas sur les soucis d’ergonomie ou de matériel pour ne parler que de mécanique.

Le jeu tourne relativement vite, entre certaines actions semblant inévitables (prendre un village gratuitement pour gagner un bonus + écraser un jeton autour de sa ville + 1 PV de fin de partie) et les tours de production pour se gonfler en ressource, on sait souvent où l’on va. Bien sûr, il y a les actions d’opportunités suite à l’apparition de LA carte qui nous manquait (techno ou construction), pour peu que l’on ait veillé à avoir toujours sous la main les ressources nécessaires à leur acquisition.

Comme il n’y a pas d’âge et donc de niveau de carte disponible, dès que l’on a accès aux premiers symboles, on a la possibilité d’accumuler les cartes de technologie tour après tour sans limite. Sachant qu’une course à la collection de symbole existe, que les technologies donnent des bonus de production et que les Projets valorisent la collection de symboles, il est possible de passer sa partie à tourner sur 3 actions : Prise de Technologie, Production d’Idée (et parfois de pierre), Prise de Projet. Une fois les Ages d’Or acquis on peut alors s’intéresser aux merveilles vu la facilité que vous aurez à produire avec tous les bonus des cartes collectionnés.

Les deux premiers décomptes auront certainement lieu via les piles de Population et Construction, les paquets étant plus petits et dignes d’intérêt. Mais une fois ces cartes apparues (parfois coup sur coup, ne vous permettant pas de changer la donne) il faudra attendre beaucoup plus longtemps pour arriver en fin de jeu, peut-être trop. Si les joueurs sont focalisés sur le plateau, dépensant sans compter pour (dé)placer leurs armées cherchant à emporter des majorités, il feront moins tourner le paquet de technologie. Et faire tourner en compensation celui des impôts, vu les PV négatifs qu’il apporte, n’est pas une vraie solution.

Il y a malgré tout assez de PV à récolter pour que les deux voies (les majorités du plateau VS la collection de cartes) soient rentables, si l’on ne manque pas certaines cartes (Ville, Villages, Projets selon ses voies) quand elles sont disponibles. Votre avance en fin de partie sera d’autant plus importante sur les autres joueurs, si ceux-ci se sont dispersés ou vous ont laissé partir seul sur une option de jeu.

Au final, Mosaic n’est pas très compliqué et s’apparente plus à un jeu de collection de carte et de production qu’à un vrai jeu de civilisation, de par son absence d’âge évolutif tandis que son plateau se limite à un contrôle de zone. Les règles simples et les tours assez rapides, seulement ralentis par la lecture des nouvelles cartes apparues, le destine plus à un public Connaisseur, bien que la mise en place très longue (positionnement des tuiles de commerce surtout) ne soit pas commun pour ce type de public.

Les règles étant encore en cours de révision suite aux divers retours, avec l’ajout de règles de combat entre autre, il n’est pas dit que le jeu actuel donnera les mêmes ressentis aux propriétaires finaux du KS. Avec des luttes de pouvoir, sans révision des règles de technologie, la collection de carte aura encore plus de puissance qu’actuellement (ne pouvant les perdre contrairement aux armées/régions), ou mènera à deux niveau de partie, le rush premier sur les technologies par tous les joueurs avant de s’intéresser et s’affronter sur la carte.

Le KS est ouvert jusqu’au 9 juin, ceux qui apprécient sa simplicité et la collectionnite, tout en voulant approcher en douceur des jeux de civilisation pourront s’y intéresser. On peut compter sur Glenn Drover pour travailler son jeu jusqu’à sa production et le facteur affrontement à venir permettra aux joueurs de découvrir des approches du 4X. Par contre, les joueurs étant des habitués des jeux de Civilisation et de 4X le trouveront trop fade et répétitif, ce n’est clairement pas cette gamme de joueurs qui est visée par Mosaic. Espérons que, grâce aux joueurs, Mosaic trouvera sa place dans la grande Mosaïque de l’offre du jeu. 😊

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.