Imperial Steam

Un prix décerné pour les jeux Expert par des Experts

Imperial Steam

Souvent, lorsqu’on attend trop de choses d’un jeu, on est déçu quand on y joue enfin. C’est dû à la fantasmagorie que les gens nous projettent du jeu, qu’ils ont trop apprécié ou qui a été monté en sauce sur le net. Si ce n’est pas (toujours) voulu, c’est surtout dû au fait qu’un joueur n’est pas l’autre et qu’il faut connaître précisément une personne, ses goûts, son style de jeu, pour vraiment dire qu’il est fait pour lui. Tous les jeux ne sont pas fait pour tout le monde et c’est une bonne chose tant que chacun trouve jeu à sa table.

Imperial Steam est un jeu d’Alexander Huemer, l’auteur de l’excellent et méconnu Lignum, édité par Capstone Games en VO et qui sera en VF grâce à Super Meeple. On retrouve Andreas Resch (Great Wester Trail, Hadara, Istanbul, Gugong,…) aux illustrations.

Imperial Steam est un jeu de trains… enfin non, de rails, puisque l’on fait le pari de réaliser une liaison ferroviaire entre Vienne et Trieste, à travers l’Autriche. Cette liaison mettra fin à la partie, sinon on jouera 8 manches complètes. Chaque manche consiste à placer des meeples mains sur des actions, non exclusives, avec la possibilité d’en réaliser une plusieurs fois moyennant une perte d’influence.

L’influence est une des clés du jeu, puisqu’elle permet de définir l’ordre du tour (tellement important sur les premiers tours ou si vous êtes à la lutte sur un domaine), ainsi que l’accès aux 4 villes du jeu pour y acheter de la main d’œuvre. La partie commence d’ailleurs par une enchère secrète pour acheter sa position sur la piste d’influence. On veillera à ce moment à avoir accès à au moins deux cités pour ne pas perdre d’action de réajustement.

Les actions possibles sont :

  • Passer
  • Gagner 10 $
  • Progresser dans l’influence : 10 $ / case
  • Construire des rails : Moyennant une force ouvrière et des ressources pouvant être majorées selon le type de rail nécessaire
  • Acheter des trains : Les neufs arrivent avec un charbon et des wagons, mais il est possible d’upgrader des anciens
  • Acheter des ouvriers : Leur accès est limité aux cités qui sont accessibles selon votre influence
  • Construire une usine / gare : Une gare permet de construire des fourches dans votre réseau, tandis que les usines sacrifient un ouvrier et ajoutent des ressources.
  • Prendre un contrat : Amener des investisseurs contre la promesse de mise à disposition d’usines une fois Trieste atteinte et le sacrifice d’espace de stockage dans notre train
  • Récupérer des ressources : En récupérer une par usine nous appartenant
  • Acheter des ressources : Soit 1 immédiatement, soit X (dépendant de la manche) mais seulement pour la manche suivante
  • Modifier la valeur de son entreprise : perdre en influence pour augmenter la valeur de l’entreprise aux yeux des investisseurs.

Les coûts des ouvriers ou des ressources augmente au fil du temps, tandis que les usines rapporteront moins. L’argent est au centre du jeu car il est disponible en faible quantité et il est tellement nécessaire… Il y a ainsi 2 actions libres qui permettent d’en récupérer :

  • Amener des ressources des usines vers les villes demandeuses. Cela augmente l’influence nécessaire pour avoir accès à leurs ouvriers
  • Vendre des part de son entreprise aux investisseurs, sacrifiant des PV de fin de jeu contre de l’argent à hauteur de la valeur de l’entreprise.

Pour s’en tirer il faudra savoir jongler. Entre l’argent, l’ordre du tour, les actions prioritaires, les chemins des rails, tout aura un impact. Mais surtout, si vous ratez un passage de main, vous risquez fort de voir tout dégringoler, car Imperial Steam est punitif et il n’y a pas loin entre le tour où l’on gère et celui où l’on rame. Vous pouvez ainsi faire une partie où vous jouez mort dès la 5ième manche, mais cela ne sera que votre faute et vous devrez l’accepter pour mieux rebondir et faire (bien) mieux la prochaine fois.

Lors des premières parties, vous ferez de Trieste un objectif nécessaire. Mais il n’en est rien. Atteindre la ville est certes utile, car cela rapportera de l’argent selon la taille du réseau (et l’argent représente les PV de fin de jeu), mais il y aura un autre impact. Les contrats devront alors être réalisés, rapportant ou coûtant de l’argent, ce qui veut dire que les joueurs n’ayant pas atteint Trieste devront payer les autres pour utiliser leurs rails jusqu’à l’objectif. Mais si vous n’avez pas de contrat, aucune obligation, vous pouvez alors vous concentrer sur les villes les plus intéressantes à relier et à la vente de ressources, changeant alors radicalement la manière de jouer.

Imperial Steam a une mise en place longue, surtout si vous êtes seul, avec ses multiples ressources, usines, meeples à placer, mais aussi son plateau central. Il y a une série de villes à installer selon une répartition précise ou, dans vos parties suivantes, selon quelques règles de placement. Le jeu propose 3 types de mise en place pour les villes, celle de base (votre première partie), celle avancée (quelques villes placées à un endroit déterminé) et la plus aléatoire (les 4 villes importantes selon des zones de la carte).

Cette installation aléatoire est super importante, car elle va éviter un effet scripté à Imperial Steam. Si vous jouiez systématiquement avec la même disposition, on aurait, comme pour les échecs, une série d’ouvertures pour chaque position de jeu. Avec une mise en place aléatoire, ce n’est pas possible et lorsqu’il n’y aura pas assez de d’ouvriers disponibles pour tous (uniquement à 3 joueurs, car on peut avoir deux colonnes seulement disponibles) cela changera radicalement la mise de départ.

Dans Imperial Steam, vous apprendrez petit à petit à faire attention aux plan de jeux de vos adversaires, car venir y placer un petit grain de sable peut tout remettre en question pour eux et, comme dans une course de haies, rater une battue peut conduire à la chute. Ne faites qu’un rail au lieu de deux pour obliger l’adversaire à vous payer pour passer, vendez juste avant lui, prenez l’usine qu’il vise en augmentant le coût de la suivante, piquez le contrat qu’il préparait, achetez des ressources qui lui sont nécessaires,… Bref changez sa donne et voyez s’il se noie !

Imperial Steam nécessitera vite de jouer avec des adversaires de votre niveau, comme pour un Barrage, car sans cela vous risquez fort de profiter de leurs erreurs ou largesses. C’est un vrai jeu expert à courbe d’apprentissage et punitif, mais sur ce dernier point vous devrez apprendre à avoir un plan B pour ne pas chuter au premier croche pied, tout en jouant des coudes envers vos adversaires… Mais si vous affrontez des newbies veillez à ne pas trop leur faire mordre la poussière pour qu’il acceptent de revenir vous affronter dans une prochaine partie, sans les dégouter en jouant mort, sinon vous serez vite un peu trop seul pour traverser l’Autriche. 😊

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.