Venice

Un prix décerné pour les jeux Expert par des Experts

Venice

Le premier semestre de chaque année est toujours un moment de flottement pour les jeux experts. Souvent ceux qui sortent là sont ceux qui ont accumulé des retards sur l’an passé, hormis quelques rares exceptions qui ont (avaient) pris l’habitude de sortir un jeu vers le mois de mars (Spielworxx avant qu’il ne passe en KS). Du coup on a moins de pression et on a l’occasion de voir d’autres jeux moins lourds mais pas moins intéressants.

Venice est encore un jeu de l’auteur prolifique depuis début 2020, Dávid Turczi, cette fois associé à Andrei Novac , l’auteur de Praetor et de Warriors & Traders. L’éditeur en VO est la jeune (2016) boîte d’édition Braincrack Games, qui est fondée et tenue par des auteurs de jeux voulant éditer ce qu’ils aimaient, tandis que vous le trouverez en VF grâce à Atalia. C’est Bartlomiej Roczniak qui signe là son deuxième jeu illustré, après Ragusa chez les mêmes éditeurs.

Dans Venice vous voyagerez sur les canaux de bâtiments en bâtiments, pour placer et former vos assistants qui vous permettront de gagner en ressource et en argent, vous permettant de répondre aux demandes des commerces et vous faire bien voir du conseil des doges, tout en évitant de trop manigancer pour ne pas vous faire arrêter par la police au bout de la partie.

Le plateau de jeu comporte des canaux circulatoires dont des cases font face à des bâtiments que l’on activera. Les bâtiments (hormis 3) ont 4 niveaux de puissance activable selon la formation de l’assistant présent. Chaque joueur dispose de deux gondoles qu’un unique gondolier activera pour les faire se déplacer jusqu’au bâtiment désiré. Chaque tour de jeu se déroule comme suit :

  • Jouer une carte influence (optionnel) : Intéressantes, elles se gagnent sur certains bâtiments
  • Déplacer son gondolier : Chaque tour il change de gondole, sauf si l’on paie 3 pièces.
  • Déplacer la gondole active : Le premier déplacement est gratuit, les autres sont payants (1 ou deux pièces indiquées sur le plateau)
  • Remplir une mission : Si l’on est sur le bon bâtiment et que sa gondole comporte les ressources demandées. Les missions sont des avantages pour toute la partie.
  • Ajouter/former un assistant : Si le bâtiment le permet, le joueur pose un assistant ou fait progresser celui déjà présent.
  • Activer le bâtiment : L’assistant du joueur peut activer tous les niveaux d’action du bâtiment inférieurs ou égal à sa position.

L’activation d’un bâtiment est une des bases du jeu et plus l’assistant est avancé dans le bâtiment, plus fort est ce dernier quand il est activé. Mais le plus important est qu’il n’est pas nécessaire de s’arrêter devant le bâtiment pour l’activer, il suffit de passer devant avec sa gondole ! Cela va vraiment faire le sel du jeu, car une fois son assistant suffisamment monté dans les actions du bâtiment, vous avez tout intérêt à l’activer un maximum de fois en passant devant lui.

Les règles de déplacement sont simples, plus vous allez loin, plus vous payez. Cependant, il y a quelques détails supplémentaires :

  • Si vous croisez une gondole ennemie, chacun prend un point d’intrigue, sauf s’il dépense un parchemin.
  • Si la gondole croisée est à vous, vous pouvez échanger les ressources qu’elles contiennent comme vous le désirez.
  • Si vous vous arrêtez sur le bâtiment où est amarrée une gondole ennemie (la vôtre c’est interdit), ce (ou ces) dernier(s) prend 1 PV (+1 par gondole amarrée après lui).
  • Passer sous un pont est gratuit, mais selon sa couleur il vous rapportera 1 pièce ou 1 intrigue.

Les intrigues sont la « ressource » négative en ce sens que celui qui en aurait le plus (plus que 0) en fin de jeu perdra directement la partie. Mais c’est un bien qui est cependant intéressant car il vous rapportera d’autres choses (Parchemins, argent, PV, avancée au conseil) selon les bâtiments. Comme il est possible de s’en débarrasser, il n’est pas anormal de finir tous à 0 pt d’intrigue. En avoir en fin de jeu n’est pas grave, tant qu’un autre ne a plus que vous. 😊

Chaque gondole peut stocker 5 ressources (3 types) et elle peut rapidement être remplie en se déplaçant devant plusieurs bâtiments, ce qui peut vous permettre de remplir une mission (rapportant argent, PV et pouvoir) relativement vite. Il vous faudra gérer votre achat de nouvelles missions et les avancées de vos assistants pour en profiter au maximum lors de chaque passage.

A part 3 bâtiments fixes, tous les bâtiments sont placés au hasard en début de partie. C’est important, car certains «combotent » entre eux et avec l’expérience vous apprendrez à définir quel coin du jeu sera le plus juteux en faisant rapidement monter les assistants, puis en les activant par des déplacements systématiques. C’est cette connaissance des bâtiments qui vous apportera une marge de progression importante et accélèrera la fin de jeu.

La partie se termine lorsque la dernière carte mission est piochée ou qu’un joueur atteint la cible de positionnement au haut conseil. On termine la manche et en réalise deux de plus (un déplacement par gondole somme toute) avant de compter les points de fin de jeu. Cela représente essentiellement d’avoir le meilleur positionnement sur le haut conseil (PV dégressif de classement) et d’avoir placé des assistants (9 sur 10 et on score son niveau au haut conseil). Cela n’est pas une obligation, les cartes de mission ayant assez de PV à offrir pour compenser d’ignorer ces PV de haut conseil.

On peut effacer les intrigues qui nous reste contre des parchemins ou des pièces, avant de grapiller quelques points avec les pièces restantes. Si on n’est pas le joueur avec le plus d’intrigue (en cas d’égalité, celui qui est le plus loin du premier joueur perd), on peut compter les points et définir le vainqueur.

Précisons que si un autre joueur place un assistant sur une case du bâtiment où vous étiez déjà, le vôtre reçoit une promotion immédiate. Être le premier dans des bâtiments vous apportera systématiquement des avancées gratuites et donc du pouvoir supplémentaire sans avoir à forcer.

Venice est un jeu simple dans ses règles avec une belle marge de progression lié à la compréhension du jeu (du pouvoir lié au passage devant les bâtiments) et la connaissance des bâtiments qui fonctionnent bien entre eux (prendre des intrigues dans le premier pour les échanger contre des PV dans le second par exemple). Son défaut est plus lié à la manipulation du gondolier, des gondoles, des ressources sur ces dernières, et de la place que cela prend sur le plateau à plus de 3 joueurs (à 5 c’est l’enfer).. Mais c’est le prix à payer pour avoir un jeu au fort visuel. Des gondoles c’est quand même plus sympa que des stockages sur un plateau annexe. 😊

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.