Hippocrates

Un prix décerné pour les jeux Expert par des Experts

Hippocrates

C’est toujours un privilège de découvrir avant tout le monde un jeu qui va sortir sur KS. Une version de pré-prod n’est certes pas définitive (des détails peuvent encore changer et les pièces sont souvent sommaires), mais ce n’est déjà plus un proto avec ses découpes et collages réalisés par l’auteur. On profite du travail de l’illustrateur tout en pouvant encore faire des commentaires sur ce qui nous semble à améliorer avant tirage. Alors quand en plus c’est l’auteur himself qui vous explique les règles de son jeu, c’est évidement le comble du bonheur. 😊

Hippocrates est le prochain jeu d’Alain Orban (Troyes, Tournay, Black Angel) qui signe ici son premier jeu développé en solo, et qui ne sera pas édité par Pearl Games, mais par Game Brewer en Kickstarter le 5 avril 2021. Les superbes illustrations sont signées par Laura Bevon (Ceylan, Polynesia, Between Two Castles of Mad King Ludwig) qui réalise ici un très gros travail puisque tous les médecins et patients du jeu ont droit à une illustration unique (et il y en a plus d’une centaine !).

Dans Hippocrates, vous participez à l’essor du premier hôpital antique où les patients venus des 4 coins des îles grecques demandaient à être soignés par les meilleurs médecins de l’époque. Apportant des offrandes pour être pris en premier dans cette file de malades, vous aurez à choisir entre respecter l’ordre d’arrivée ou perdre un peu en réputation pour prendre ceux aux meilleures offrandes plus loin dans la file. Vous rechercherez les meilleurs spécialistes pour soigner les afflictions des malades et devrez les rémunérer.

La partie se joue en 4 manches, divisées en 3 phases. La première est la sélection des patients présents sur le perron de l’hôpital. Rangés en origine géographique sur 3 lignes, chacun apporte un présent pour ses soins, lié à sa position dans la file. Le premier joueur jette 6 dés, représentant le patient de chaque nation qui peut être sélectionné ce jour. Dans l’ordre du tour, les joueurs choisissent le patient qui intégrera leur infirmerie, sachant que l’ordre des colonnes définira l’ordre du tour de sélection prochain.

Les patients sont choisis avec réflexion (parfois une longue réflexion) en prenant en compte les potions nécessaires pour le soigner (de 3 couleurs et de 1 à 6), son positionnement dans la file (et le coût / gain associé), ce qu’il vous paiera pour le prendre (en or) et vous donnera comme PV quand il sera soigné. Vous ferez cela 3 fois, sans recharger les cases vides entre deux jets de dés. Si un dé désigne une case vide, vous pourrez toujours la sélectionner pour ne gagner que 3 drachmes, mais vous disposez au départ d’un assistant permettant de changer de ligne/colonne ou de prendre le patient visible sur la pioche. De quoi réfléchir encore un peu plus dans votre procédure de sélection. 😊Vous en récupérerez en prenant un patient des colonnes paires.

Précisons que l’on jouera toujours avec 4 joueurs, qu’importe le nombre d’humains autour de la table. Les joueurs manquants sont remplacés par des marqueurs qui veilleront à enlever le patient (et plus tard le docteur) ayant le plus grand numéro inscrit sur sa tuile. Ce n’est pas une action ralentissant le jeu et ses coups sont simples à analyser et anticiper.

Une fois que les joueurs ont (logiquement) 3 patients dans leur infirmerie, ils toucheront l’argent que ces derniers leur ont promis. C’est heureux car juste après ils devront rémunérer leurs médecins (tout le monde en a au moins 1 qui ne les quittera pas). Par défaut cela nécessite 3 drachmes par médecin, mais ce montant peut évoluer selon la réputation du joueur (qui fluctue beaucoup si l’on ne prend pas le patient en tête de file).

Vient ensuite la deuxième phase, réalisée dans l’ordre de réputation : la sélection des médecins. Après avoir réservé (éventuellement) un médecin pour 2 pièces (que l’on pourra ou pas engager par la suite), on révèle un médecin de chaque nation, ainsi qu’une trousse de soin (une panoplie de potions) et un bonus associé. Chacun peut alors choisir d’engager un médecin révélé (ainsi que celui réservé), de se faire une trousse de soin, ou les deux (d’une même colonne). Dans ce dernier cas, le joueur emporte aussi la tuile bonus.

Le bonus peut être :

  • Un One shot de ressources
  • Un nouveau patient
  • Un docteur
  • Un bonus de ressources lié à une sélection de patient

Les médecins sont associés à des contrats de soins (des encoches) allant de 1 à 3, et des capacités de soigner en utilisant certaines couleurs de potions (1 ou deux). Il vous faudra bien les choisir pour soigner vos malades le plus vite possible, pour ne pas payer leur salaire durant trop de tours et encaisser les PV qu’ils vous fourniront une fois leur contrat remplis.

Vient enfin la dernière phase, où tous les joueurs agissent simultanément : le soin. On associe alors un patient à un ou plusieurs médecins pour peu que l’on ait des potions en suffisance. Au besoin, il est possible d’en acheter pour 3 drachmes, un bonus non utilisé ou encore contre l’assistant de la bonne couleur. Chaque médecin associé à un patient doit être utile. Hors de question de placer deux médecins habiles dans les herbes (fiole verte) soignant le même patient nécessitant uniquement des soins aux herbes. Si un médecin peut soigner seul, il le restera qu’importe votre intérêt de joueur.

Tous les patients soignés rapportent 1 pt de réputation et les PV qu’ils avaient promis. Si un médecin a remplis toutes ses encoches associées à des fioles, il rapporte aussi ses PV et est enlevé du jeu avec ses patients liés s’ils ne sont pas aussi associés à un autre médecin non terminé. On ne placera un patient que s’il peut être soigné (médecin et fioles) et les docteurs non complets resteront avec vous pour la manche suivante.

Les malades de l’infirmerie qui n’ont pas été soigné cette manche descendront dans les soins intensifs et vous aurez la prochaine manche pour vous occuper de leur cas. Sinon, c’est la mort qui les attend et vous perdrez 3 PV en fin de jeu. Les patients que vous prenez à la dernière manche et qui aboutissent en soins intensifs vous coûteront 1 PV, à moins que vous n’ayez les fioles nécessaires pour ses soins, à défaut de médecins pour les administrer. Il n’y a pas de PV de fin (hormis les pénalités citées ci-dessus) et le reste de vos potions et argent ne serviront à rien, pas même à départager les ex-aequo.

Il y a beaucoup d’analyse, estimation et planification dans Hippocrates, avec une pointe de chance car vous ne savez pas à l’avance quels seront les médecins et trousses révélées. Il vous faudra prendre en compte la réputation de chacun si vous voulez avoir du choix dans les médecins qui vous seront nécessaires et ne pas en avoir de trop de manche en manche si votre réputation est mauvaise. C’est un équilibre savant qui sera nécessaire, avec l’impression de marcher sur un fil tendu, entre l’argent, les ressources et les PV. Les patients rapportant le plus de PV étant ceux qui vous donneront le moins d’argent, hors vous en avec tant besoin pour embaucher des médecins, et les trousses de soins vous permettent de faire le stock de potions… Arghh… Cruel équilibre.

Le plateau de pré-prod devrait être celui de la version deluxe du KS, plus grand que le retail annoncé. Un poil trop grand, car posé en longueur sur la table il vous faudra une looongue table pour disposer d’espace pour associer vos médecins-patients, tandis qu’en largueur de table, 95 cm est souvent 5cm de trop sur les tables traditionnelles (mais vous êtes peut-être des joueurs disposant de tables sur mesure ou surdimensionnées 😊 ). Si l’on peut s’interroger sur les espaces décoratifs du plateau, il n’est pas impossible qu’ils soit complété dans le futurs avec des extensions, car on sent qu’il y a encore matière à développement. Mais peut-être la sortie du KS révèlera-t-elle des stretch goals ajoutant des modules complémentaires ? Nous le saurons bientôt.

Alain Orban signe ici un produit qui lui tient à cœur, issus d’une visite en Grèce et écrit en 24 h dans les grandes lignes il y a 3 ans, une belle réussite technique et visuelle. Fort suivi et attendu au Japon (pour une raison qui m’échappe tout comme à lui), Hippocrates vous propose de jouer sur le fil de la maladie et des soins donnés, entre argent et potions, pots de vins et salaires. Rien n’est aisé et la réflexion est au programme, chouette ! Peut-être que vous éviterez cependant d’y jouer avec certains de vos amis à la réputation de grands analystes, car l’analysis paralysis est au programme et ils risquent fort de ralentir le jeu et lui donner une durée double du nécessaire.

Pour ceux qui dès lors se voient refuser les parties avec les autres, il leur restera la possibilité de jouer en solo, avec les mêmes sensations. Bonne nouvelle d’ailleurs pour les joueurs qui pratiquent uniquement en couple, il fonctionne aussi bien à 2 qu’à 4 grâce aux joueurs fantômes. Que du bonheur et je suis largement confiant pour le KS niveau qualitatif, après il y a toujours une communication à réaliser pour Game Brewer, mais cette dernière commence le 31/03 (comme la sortie de la vidéo règle, pensez à vous abonner sur la chaîne Youtube de l’EGA). 😊

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.