Now or Never

Un prix décerné pour les jeux Expert par des Experts

Now or Never

Deux parties hier de Now or Never. Troisième opus de la série, dont je n’ai pas touché aux deux premiers. Aucun soucis pour rentrer dans ce nouvel épisode qui propose un mode « normal » et un mode « chapitre » composé de 6 épisodes. Les deux fois je l’ai joué à 2 joueurs et j’ai l’impression que c’est sans doute sa meilleure configuration si l’on ne veut pas exploser le temps de jeu (on est quand même à 2h20 en normal et 3h en histoire !).
Des règles assez claires et simples à expliquer et on part à l’aventure durant 6 manches. On fait une action chacun à son tour pour explorer la zone, construire des maisons, sauver des villageois et combattre des monstres. Comme son héros n’a que 3 actions par tour (il y aussi celles des spécialistes), on se dit à la première partie que cela va être dur de se développer. D’autant que l’on a besoin de beaucoup d’argent pour cela.
Mais petit à petit, avec les productions de fin de manche (via les villageois sauvés et les constructions réalisées), on fini par vendre ses ressources au marché et on se débrouille assez bien.
Cela pense assez pour réaliser ses actions dans le meilleur ordre et l’interaction est présente puisque l’on peut profiter des spécialistes des autres joueurs. Au final, on développe toute la carte et on combat un paquet de monstres, tout en faisant des quêtes annexes.
La différence avec la version histoire, c’est la partie lecture lors des phases de recherches. Exit le jeton que l’on retourne et l’on se retrouve dans une mise en situation avec un choix à faire. On dépense des Points de vie selon son choix et on récolte des bonus. Ceux-ci sont souvent plus intéressants que dans le mode normal, ce qui permet de se développer plus vite et mieux. Son soucis c’est le rythme de jeu qui s’en ressent avec une lecture (en VO chez moi) qui prend du temps et qui amène à des commentaires. Je ne recommanderai pas aux plus impatients de prendre la VO, car le texte dans les histoires nécessite une connaissance plus que superficielle de l’anglais.
Je regretterai que le mode histoire n’inclut pas une continuité dans les chapitres. Certes, ils approfondissent la quête des joueurs sur leur personnage, mais ce qui a été acquis dans un épisode n’est pas transmis (même partiellement) dans le suivant. Comme ce sanglier qui a servi de poney à mon adversaire ou mon robot constructeur de maison. J’aurais aimé qu’au moins les objets spécifiques de l’aventure nous suivent de chapitre en chapitre, même que notre personnage progresse avec des améliorations façon JdR ou Gloomhaven. Il n’en sera rien, soit.
Il y a une courbe d’apprentissage importante dans le jeu et des objets de défense et d’attaque sont nécessaires pour les plus forts ennemis, tout comme la mise en place rapide d’un système de production fort pour disposer des moyens pour continuer à se développer (c’est un peu boule de neige). L’utilisation des spécialistes de l’autre joueur permet d’avoir une économie un peu plus fermée et de récupérer de l’argent quand il est « forcé » de faire de même, augmentant les actions possibles dans un tour.
Il nous reste encore des stratégies à développer, comme cette tour des mineurs qui permet d’avoir des commandes à honorer, bien plus rentables que le marché. Mais cela doit se faire au détriment des visites d’une autre partie de la carte et entouré de monstres bien trop fort en début de partie.
Une partie à 3 se fera sans délais, mais je ne sais pas si je suis tenté par y jouer à 4 et certainement pas en mode histoire, que j’espère continuer avec mon sparing partner made in UK. 🙂 Je le vois un peut comme un rendez-vous mensuel d’une table de JdR où on découvre la vie de son personnage au détour de ses aventures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.