Bonfire

Un prix décerné pour les jeux Expert par des Experts

Bonfire

Bonfire de Stefan Feld chez Hall Games (Pegasus Spiele pour la distribution européenne de la VO)

Après le demi-échec de Forum Trajanum (mécanique superbe, mais froid et plat à mort) et le plus léger Carpe Diem, on se demandait s’il fallait encore espérer du bon expert de Feld. La lecture des règles s’est faite de manière circonspecte et à plusieurs reprises, ne comprenant pas toujours le sens profond de certaines phrases d’explications. Après une nuit de sommeil et une vue d’ensemble, la relecture des règles s’est faite plus simplement, car au final, sans les circonvolutions explicatives de l’auteur (ou de la personne organisant les règles), elles ne sont pas si compliquées que cela. Déballage du matériel et découverte de deux meeples gardiens aux bras cassés (pas cool), puis direction la table de jeu.

Les règles annoncent que le jeu prend une place énorme et de mettre le plateau dans le sens inverse de nos habitudes. J’imaginais un truc énorme et au final ce n’est pas plus grand qu’un Praga Caput Regni (que du contraire). Sans doute une info placée là pour les joueurs non habitués aux jeux experts ? Ils vont avoir mal alors, car Bonfire est un VRAI jeu expert !

Le pitch est que les feux de joies (Bonfire) se sont éteints et que les gnomes que nous sommes allons quérir la bonté des gardiens de lumière pour qu’ils acceptent de les rallumer. Ils nous donnent des quêtes pour prouver notre foi et notre vaillance et si on est bon, on récupérera la lumière. Concrètement, à chaque tour on prend une action entre placer une plaque sur son plateau central (qui apporte des pastilles d’action), jouer une (ou plusieurs) pastilles pour faire une action (6 types différents), allumer un feu (quand l’objectif associé est réalisé). Là, c’est brossé large, car le détail sera pour la Review et il y a tant de choses à dire dans les détails ! La fin de jeu se déclenche quand un certain nombre d’objectifs seront réalisés (10 pour l’ensemble des joueurs à 3).

Ce qui est génial dans ce jeu, c’est que chaque action que vous choisirez aura un impact sur les prochaines actions que vous ferez et éventuellement sur les choix des adversaires. Il faut donc penser sur 1, 2, 3 coups, voire plus. Le risque est d’avoir un ami analytique qui bloque alors le jeu car il essaie de calculer toutes ses options sur X coups et d’en trouver le meilleur agencement. Analysis Paralysis quand tu nous tiens !

Ce qui m’impressionne chez Feld c’est sa capacité à proposer des mécaniques nouvelles et non à recycler celles qu’il a déjà mises en place. Encore ici, on a un placement de plaquettes qui génèrent des actions, mais que l’on doit vider avant d’en générer d’autres. Du coup, on se retrouve peut-être à vider 1 type d’action en 3 plaquettes (il n’y a que 3 actions différentes sur une plaquette, il y a 6 actions et une action se retrouve sur 3 plaquettes sur les 8 du jeu), mais cette action vous en avez peut-être besoin une fois au début, une fois au milieu et une fois à la fin du jeu ! Il faudra faire du 2 contre 1 ou écraser les actions joker du plateau de jeu. Déjà là, l’explication de la finesse de la gestion des plaquettes pourrait me prendre 3 pages et ce n’est QUE la pose d’une plaquette ! Génial je vous dit.

Pour le reste, on va se déplacer avec son bateau, dépenser des ressources pour acquérir des tâches à réaliser, inviter des gardiens, construire une allée, récupérer des portails, faire avancer des gardiens sur la piste pour récupérer des ressources, engager des gnomes, allumer un feu… plus quelques actions bonus. C’est beaucoup et certaines actions posées dépendront des tâches que vous aurez récoltées qui vous forceront à quelques coups pour les valider. Cela annonce une grande rejouabilité comme un Château de Bourgogne puisque les tâches ne seront pas les mêmes d’une partie à l’autre. Impossible d’avoir l’assurance d’un plan de jeu fixe basé sur une tâche qui ne sera peut-être pas présente dans cette partie. L’avenir dira si une tâche (ou un type) est plus rentable qu’une autre provoquant la ruée sur celle si dans les premiers coups. Même type de questionnement sur les spécialistes gnomes qui vous donnent un avantage durant tout le jeu, dont certains semblent plus rentables que d’autres (vu le nombre, on comprend la difficulté de les équilibrer tous).

En fin de jeu, on apprécie que cela ne se termine pas de manière abrupte (genre on termine le tour) et que l’on dispose encore de 5 tours pour activer ses dernières actions. Evidemment, si la fin était plus violente, on jouerait différemment, mais quand on met tout une partie à mettre en place un objectif on apprécie de voir son feu s’allumer finalement.

La seule chose qui nous a choqué c’est qu’il soit possible de se retrouver bloqué dans le jeu et ne plus savoir faire d’actions, s’obligeant à déclarer forfait en regardant les autres terminer le jeu. Que cela soit seulement imaginable est gênant, bien qu’il est clair que c’est un jeu expert et que si un joueur se retrouve ainsi bloqué, c’est qu’il n’a pas le niveau suffisant pour jouer, mais cela a marqué certains joueurs. En fin de jeu, certains ont été surpris de leur classement final, tant il est difficile de voir qui est devant. On peut se croire bien en ayant activer plein de choses et être au final à la ramasse, comme se croire devant et finir de justesse (au calcul des ressources restantes) en tête. Cela signifie que rien n’est joué, mais aussi qu’il est difficile de se situer dans le jeu.

Il sera je pense plus difficile à sortir avec un public axé Connaisseur, car son niveau pour le maîtriser est clairement Expert. Ce qui est certain c’est que Bonfire remet Feld dans la course aux récompenses cette année. Je gage que Bonfire sera dans les 8 finalistes du Diamant d’or 2020 et permet que l’on commence enfin à se bousculer dans les places pour le final four de l’EGA.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *