Ark Nova

Un prix décerné pour les jeux Expert par des Experts

Ark Nova

Quand vous rentrez dans le salon du jeu à Essen et que vous découvrez (3 minutes max après l’ouverture des portes) qu’une file s’est déjà formée devant le stand d’un éditeur, vous vous dites que vous feriez bien de vous dépêcher à vous y insérer. Quand vous voyez que la file traverse TOUT le hall, vous vous dites « Je n’ai jamais vu cela ! ». Quand vous apprenez une heure 30 plus tard que le jeu vendu et si recherché est Sold Out, vous vous dites « Heureusement que je l’avais réservé. ». 😊

Ark Nova est le jeu le plus joué par les testeurs dans l’histoire de Feuerland Spiele, encore demandé après la fin des tests. C’est Mathias Wigge qui signe ainsi son premier jeu procurant un bel enthousiasme. Les illustrations ont été confiées à un trio : Loïc Billiau (When I dream, Glenn More), Dennis Lohausen (l’homme aux plus de 240 jeux illustrés dont Gaïa Project, Marco Polo, Al Gloire d’Odin) et Steffen Bieker qui signe lui son premier jeu.

Dans Ark Nova, les joueurs vont s’affronter dans le développement d’un zoo personnel, via l’acquisition d’animaux et leur placement dans des enclos. Le nombre de manche est variable, puisque le jeu prendra fin lorsqu’un joueur verra ses marqueurs placés sur deux pistes opposées (attractivité et conservation) se rejoindre.

Le plateau central du jeu n’est qu’un étalage de cartes dans une pseudo rivière autour de laquelle les joueurs avancent leur pion de réputation, rendant des cartes accessibles plus vite via certaines actions avancées. Le jeu principal se place devant le joueur et dans sa main. Le zoo personnel du joueur est un plateau pouvant être identique pour tous (mode débutant et de base) ou asymétrique, façon Châteaux de Bourgogne. Les cartes qu’il a en début de partie sont divisées en 3 genres :

  • Animaux : à placer dans le zoo, ils rapportent des tickets (attractivité), réclament des conditions (taille d’enclos, badges requis avant de poser, argent) et apportent des effet (mini pouvoir immédiat) et des badges (biens connus des joueurs de Terraforming Mars (TM))
  • Sponsors : des effets permanents sur le jeu apportant souvent un bonus immédiat et continu, voire des PV de fin sous condition
  • Projets : un objectif à réaliser en termes d’animaux ou de badge permettant de progresser dans la piste de conservation puisqu’on remet les bêtes dans la nature

A son tour, le joueur choisira parmi 5 actions dans une rivière personnelle définissant la force de la carte selon sa position (de 1 à 5), avant de replacer la carte en début de rivière et poussant les autres vers de meilleures places. Des marqueurs bonus permettront d’améliorer la force initiale de la carte de manière sporadique. Les cartes ont un niveau de base et amélioré, sachant qu’au maximum 4 cartes sur 5 pourront être améliorées sur une partie. Les cartes sont :

  • Piocher : Récupérer des cartes depuis la pioche ou une seule de la rivière (puissance requise 5). En mode avancé on peut prendre les cartes de la rivière ou de la pioche selon sa réputation. Cela fait avancer le marqueur de temps (pause-café) de 2.
  • Construire : Installer un enclos coutant 2 pièces par case. La taille de l’enclos pouvant être placé dépend de la puissance de la carte. En mode avancé on peut construire plusieurs fois et on a accès à 2 types spéciaux d’enclos.
  • Sponsor : Jouer une carte sponsor de sa main (ou de la rivière en avancé) OU recevoir de l’argent et avancer la pause-café d’autant (en avancé on gagne double). La puissance de la carte définit la force de la carte à placer ou l’argent reçu. En mode avancé on peut aussi directement prendre une carte de la rivière selon sa réputation moyennant un coût bonus.
  • Animaux : Placer un animal dans un enclos. On peut en placer plusieurs avec une meilleure puissance. Il faudra payer le coût et avoir les pré-requis nécessaires. En mode avancé, on peut jouer directement un animal depuis la rivière moyennant un coût.
  • Association : Envoyer un représentant sur un plateau annexe pour y récupérer des bonus de développement selon la puissance de la carte. C’est un des rares lieux où l’on s’oppose réellement aux autres joueurs car les objets disponibles sont peu nombreux et ne seront réapprovisionnés que lors d’une pause. Vous pouvez :
    • Progresser en réputation
    • Passer un accord avec un zoo d’un continent spécifique (-3 au coût des animaux de ce continent)
    • Travailler avec une université (des bonus à recouvrir et des badges à recueillir)
    • Réaliser un projet de conservation (des objectifs à réaliser)
    • En mode avancé on peut aussi payer pour avancer en conservation

Le jeu est parsemé de multiples bonus qui sont récupérés lorsqu’ils sont atteints ou recouverts, ce qui vous incite à progresser à certains moments ou permet de réaliser des combos où un bonus vous en donne un autre. Lorsque la tasse à café atteint la pause, on nettoiera un peu les plateaux, réduira la taille des cartes en main, mais surtout ce sera le moment de la paie puisque la hauteur de votre piste des tickets (attractivité) défini l’argent que votre zoo rapporte.

En fin de partie (quand les pistes se sont rejointes chez un joueur), on réalise les objectifs personnels et sponsors de fin pour encore faire progresser son marqueur de conservation. On aligne alors les deux marqueurs faisant Attractivité – Conservation pour obtenir les PV finaux. Il se peut que des joueurs soient en négatif au final.

Ark Nova est une course et comme dans une course, vous ne voyez que très peu les autres concurrents qui tracent leur voie de leur côté. Ils ne peuvent que très peu vous nuire (certains animaux appliquent des malus aux autres joueurs, mais ils sont temporaires ou à usage unique) d’autant que les animaux de ce type (des serpents) ne sont pas légions dans la masse de cartes du jeu. La seule autre zone de conflit potentiel est l’association où les places sont limitées (parfois jusqu’à la prochaine pause) et c’est bien souvent la première action que l’on réalise après une pause, ce qui donne la plus mauvaise place à celui qui réalise la pause en passant quatrième à l’association (pour peur que les autres joueurs soient prêts).

Le nombre de cartes disponibles est à la hauteur d’un Terraforming Mars (sortez les paquets de sleeves 😊 ) et les images me font penser à Wingspan mais avec l’animal dans son milieu et pas sur un fond blanc. Quand on décide de se lancer sur un type de badge il faut parfois avoir un minimum de chance pour les accumuler, vu le volume de carte. Si la rivière peut parfois dépanner, elle est aussi accessible aux autres et pour peu qu’un autre vise le même badge (ou ait compris que vous le recherchez) ce n’est pas une assurance. La configuration du jeu ne permet pas de réaliser le draft connu des joueurs de TM.

Ark Nova n’est pas un jeu de course d’enfoiré où on se met des bâtons dans les roues, c’est une course de tacticien où l’on calcule l’inclinaison de la piste pour prendre le meilleur virage. Lors des premières parties on passe son temps le nez dans les cartes, cherchant comment placer celle-ci ou la pertinence de garder celle-là. L’argent manque souvent et il faut gérer la puissance de ses cartes. On a tendance à vouloir atteindre les objectifs maximums des projets de conservation alors qu’il est plus important d’avancer avant les autres sur cette piste pour obtenir les bonus uniques, d’autant que rien ne vous assure de trouver les badges manquant d’ici la fin de partie.

Il y a, n’en déplaise à certains, une partie de chance nécessaire à Ark Nova, car toutes les cartes ne se valent pas. Vous ne piochez pas de manière automatique (comme TM) et la rotation n’est donc pas forte dans votre main. Vous devrez faire avec ce que vous trouverez sur votre chemin plus qu’en misant sur une arrivée probable future. Celui qui a plus de chance trouvera devant lui les projets de conservation qu’il est seul à pouvoir faire ou piochera le sponsor qui va avec les badges qu’il veut mettre en place (ou celui des autres). Avoir des animaux pour la volière (tuile avancée) alors que l’on a placé un vivarium (aussi avancé) c’est la frustration alors qu’avoir tout qui coïncide c’est le bonheur.

Ark Nova est parfois longuet quand on attend qu’un joueur décide de son action (après des minutes de réflexion dans ses cartes) alors que l’on a déjà planifié ses 3 prochains coups. J’ai l’impression qu’il est souvent possible de jouer presqu’en simultané avec le joueur précédent pour peu que les deux actions ne se télescopent pas (une prise de carte et une pose d’animal par exemple) pour accélérer le jeu. Mais cela demande une certaine connaissance des implications des actions (et parfois du chainage des bonus).

Je comprends l’engouement pour ce jeu expert, car en dépit de sa faible interactivité le challenge personnel est important. Nulle place pour une martingale car il est impossible de prédire quelles cartes seront en jeu, sans parler des objectifs personnels et de conservation qui seront tirés. On retrouve d’ailleurs la même sensation dans la partie solo, qui vous demande d’arriver à rejoindre vos deux marqueurs en 27 coups. Mis à part le temps de jeu (comptez 1 h par personne) on est attiré par une nouvelle partie qui sera vraiment neuve. Précisons que la VF est signée par Super Meeple et annoncée pour 2022 (il y a beaucoup de boulot de traduction sur les cartes).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.